MISE EN GARDE !


S'il est normal que les victimes de dommages corporels soient à la recherche d'informations pertinentes sur leur droits notamment grâce à l'outil internet, cette recherche nécessite toutefois de notre part une mise en garde sur les informations véhiculées.

 

Par notre expérience et notre culture juridique deux outils mis à disposition des victimes, nécessitent la plus grande vigilance et la désapprobation.

 

- les calculettes à indemnisation

- le fichier des victimes indemnisées (FVI)

 

Ces deux outils d'estimation économique du préjudice contreviennent à l’esprit même du droit en occultant la complexité de l'indemnisation des dommages corporels. Ils méconnaissent le particularisme qui touche chaque victime d'accident ou d'agression. Ces deux outils ont pour point commun de mettre en œuvre une "barémisation" de l'indemnisation. Cette manœuvre aboutie à chiffrer le préjudice des victimes au regard d'algorithmes et de tableaux de références.

 

HELLO VICTIMES qui bénéficie d'une équipe de juristes sérieux et diplômés en droit des assurances et en dommages corporels lutte quant à elle pour une évaluation au cas par cas, seule méthode qui garantit une approche humaine, une aide médico-légale de qualité et une juste et équitable indemnisation des postes de préjudice.

Les calculettes à indemnisation

Depuis un certain temps, un nombre croissant d'acteur de l'indemnisation peu sérieux mettent à disposition des victimes et de leurs proches, un outils leur permettant de chiffrer par elles-mêmes l'indemnité qui serait due par le régleur.

 

Appelé couramment "simulateur d'indemnisation" ces "calculatrices magiques" prétendent évaluer le préjudice corporel d'une victime par le biais d'algorithmes associés à un questionnaire formaté.

 

C'est donc une intelligence artificielle qui est supposée évaluer les postes de préjudices qui sont les vôtres. Après avoir été un numéro de dossier ou d'assuré, puis un numéro de sécurité sociale, vous voilà devenu un algorithme !

 

Ne soyez pas victime une seconde fois ! Cette méthodologie expéditive d'évaluation des préjudices ne constitue qu'un appât financier pour des victimes fragilisées et isolées.

Le fichier des victimes indemnisées (FIV)

Ce fichier géré par l'Association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (AGIRA) a pour objet d'informer le public sur le indemnités allouées aux victimes d'accidents de la circulation dans le cadre de transaction amiable ou par voie judiciaire.

 

Une fois encore ce type de fichier ne peut servir d'information ni constituer un référentiel sérieux.

Chaque victime, chaque accidenté, est par nature singulier et exceptionnel. La mise en parallèle d'un cas d'indemnisation à sa situation personnelle est pour le moins hasardeuse.

 

D'autre part,  l'AGIRA est composée de professionnels "régleurs" c'est à dire des acteurs amenés à payer les indemnités à la victime (compagnies d'assurances, fonds de garantie, mutuelle etc). A ce titre, il serait naïf de penser que les plus hautes indemnités versées en défaveur de leur intérêts financiers soient misent en ligne.

 

L'intérêt bien compris par ces acteurs est de mettre à disposition des victimes un outils leur suggérant qu'elles ont été pleinement indemnisées de leur dommage corporel au regard de situation "pseudo identique".

 

Jamais un tableau, un fichier, ne référencera votre douleur, vos épreuves et l'exactitude de vos dommages. Seule une expertise médicale associée à une approche juridique des dommages le permettra avec un tant soit peu de sérieux.

 

Pour rappel, l'évaluation des dommages en matière corporel se réalise "in concreto" c'est à dire en prenant en compte les circonstances particulières de la victime (age, sexe, situation personnelle etc...)